Imprimer
Catégorie : Relations entre Etat et cultes
Affichages : 2200

Les représentants de l’État ne doivent pas être dans des cérémonies religieuses

 

 

{mosimage}

Ouest-France, 23/04/2004

Par Ouest-France du vendredi 23 avril, on apprend que le lendemain, « Les Frères de Ploërmel commémorent leur expulsion », en 1904. Mais on apprend surtout que « la préfète du Morbihan, Elisabeth Allaire (…) interviendra sur les relations aujourd’hui entre l’État et les cultes », donc dans une cérémonie religieuse.

On pourrait se contenter de rappeler que les mesures de 1904 contre les congrégations catholiques donc « Les Frères de Ploërmel », se sont imposées à partir de ce constat de Victor Hugo contre le « parti clérical » et la Loi Falloux en 1850 : « Si le cerveau de l'humanité était là devant vos yeux à votre discrétion, ouvert comme la page d'un livre, vous y feriez des ratures ».

En 1850, Victor Hugo fixait comme objectif : « l'Église chez elle et l'État chez lui. ». En 1904 et 1905, cela a été réalisé par la Loi de séparation des églises et de l’État : « La République assure la liberté de conscience. (…) La République ne reconnaît (…) aucun culte. ».

{mosimage}

Ouest-France, 23/04/2004
(voir l'article sur l'évêque Gourvès)

La participation (qui plus est active), d’un Préfet représentant de l’État à une cérémonie religieuse, est une remise en cause de la Loi de 1905 : Madame la Préfète « reconnaît » ainsi publiquement un culte religieux qui est du domaine privé de « la liberté de conscience », ou ce qui est aussi grave : « les cultes », selon ses termes.

Cela est particulièrement grave quand la question est posée de l’interdiction de tout signe religieux dans l’Éducation Nationale, en premier lieu sur la base du rétablissement de l’application des circulaires de Jean Zay de 1936 et 1937 : les communautés et hiérarchies religieuses ne sont-elles pas ainsi légitimées à sortir de l’espace privé de « la liberté de conscience », pour envahir l’espace public de l’État, de la législation, de l’Instruction Publique, et de l’Éducation Nationale ?

La Libre Pensée du Morbihan demandera à être reçue par Madame la Préfète, et est disponible pour toute démarche en commun d’organisations laïques sur cette question.

 

Pour tout contact avec la LP 56
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Partager cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to StumbleuponSubmit to Technorati