Imprimer
Catégorie : Fusillés
Affichages : 3868
Plusieurs organisations se sont mobilisées le 11 novembre 2009 à Vannes, afin de défendre la réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la première guerre mondiale :

 

40 personnes étaient présentes
 

rassemblement_vannes_fusilles_11_nov_2009.jpg

Ont été associées à ce rassemblement : l'Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC), la Fédération du Morbihan de la Libre Pensée (LP 56), la Ligue des Droits de l'Homme (LDH – section de Vannes), le Mouvement de la Paix, ainsi que  les Alternatifs 56, Citoyenneté, Action, Participation pour le XXIe siècle (CAP 21 Bretagne), le groupe libertaire Lochu (FA Vannes), le Parti Ouvrier Indépendant (POI 56), le Parti Communiste Français (section de Vannes) et le Parti de Gauche (PG), avec le soutien de madame Odette Herviaux, sénatrice du Parti socialiste dans le Morbihan et Vice-Présidente de la Région Bretagne. 

 

 

En effet, au moins 650 soldats français, qui ne supportaient pas les conditions du premier conflit mondial, ont été, après jugements sommaires, fusillés pour l'exemple afin d'inciter l'ensemble des mobilisés à l'obéissance aveugle, et à la discipline la plus rigide.

Ces "fusillés pour l'exemple" doivent être considérés comme des victimes, et il est inacceptable que, 90 ans après, leur mémoire n'ait pas été entièrement réhabilitée.

Dans son discours du 11 novembre 2008 à Douaumont, le Président de la République a évoqué leur cas de façon claire et compréhensive. Néanmoins la France doit encore les rétablir dans l'entiereté de leur dignité c'est à dire :

  
Le mercredi 11 novembre 2009, la mobilisation a eu lieu à 11 h 30, en bas de la rue Jean Jaurès (première victime du conflit).

 

Une conférence de presse a eu lieu mardi 27 octobre à Vannes afin de présenter l'action commune des organisations impliquées dans ces initiatives pour réclamer la justice par la réhabilitation pour les fusillés pour l'exemple de la première guerre mondiale.
  

En prélude au rassemblement organisé le 11 novembre, les organisations signataires ont décidé la projection publique gratuite, ouverte à tous, du documentaire d'Alain Moreau "Les fusillés pour l'exemple", passé sur France5. Cette séance a eu lieu le mercredi 4 novembre à 20 heures, à Vannes (Maison des Association), suivie d'une discussion.

{mospagebreak title=Discours pour la LP 56}

Vannes, 11 novembre 2009 - Hommage aux « Fusillés pour l'exemple » de 14-18


Discours pour la LP 56

Amis, Citoyens, Compagnons, Camarades,

fusilles_11_novembre_2009.jpgTrois valeurs d'une grande force nous réunissent aujourd'hui :
La justice, parce qu'il s'agit en effet de rendre justice aux 650 « fusillés pour l'exemple » de la « Grande guerre » 14-18, exécutés après des jugements sommaires quand ce ne fut pas sans jugement aucun,
La mémoire, parce que si 90 années ont passé, il ne faut pas oublier le sacrifice des victimes militaires et civiles de la boucherie que fut cette « première guerre mondiale », et cela pour tous les camps car le drame fut identique du côté allemand,
La paix, parce que le fondement de notre action est l'éradication de la guerre comme moyen de résoudre les conflits.

Je remercie toutes les organisations ici représentées et qui se sont associées à notre initiative commune : en particulier l'Association Républicaine des Anciens Combattants, la Ligue des Droits de l'Homme, la Libre Pensée, le Mouvement de la Paix, le Parti de Gauche, le Parti Ouvrier Indépendant, le groupe libertaire Lochu et CAP21 Bretagne. Nous remercions de même madame Odette Herviaux, sénatrice du Parti socialiste dans le Morbihan et Vice-Présidente de la Région Bretagne, pour le soutien qu'elle nous a fait parvenir.

Nous avons choisi de nous rassembler devant le nom de Jean Jaurès, dont on fête le 150e anniversaire de la naissance cette année, parce qu'il a avait eu une claire vision des problèmes posés, pour laquelle il fut assassiné le 31 juillet 1914, quand il déclarait « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage ».

Des rassemblements comme celui-ci, il y en a aujourd'hui dans toute la France, avec une exigence commune : il faut obtenir la réhabilitation complète des Fusillés pour l'exemple de la Guerre de 1914-1918.

Dans son discours du 11 novembre 2008 à Douaumont, le Président de la République à reconnu la pleine justesse de notre combat. Il n'a manqué qu'un mot : réhabilitation !

D'ores et déjà, cinq Conseils généraux ont adopté des résolutions en direction de la Présidence de la République pour demander cette réhabilitation. Il s'agit de l'Aisne, de l'Allier, de la Corrèze, de l'Oise et de la Haute-Saône. C'est pourquoi nous allons nous adresser à l'ensemble des Conseils généraux pour qu'ils adoptent des motions allant dans ce sens.
 
Il faut penser aux familles de ceux qu'on a appelés des « traîtres » : pour leurs veuves et leurs orphelins, s'ajoutèrent au deuil le déshonneur public, l'humiliation face aux monuments aux morts où ne figuraient pas les noms des « lâches », le refus des pensions de guerre...
  
La réhabilitation doit devenir réalité ! Tous les fusillés pour l'exemple de 1914-1918 doivent réintégrer sans réserve la mémoire collective, à égalité avec les autres victimes d'une guerre qui ne fut grande que par sa dimension et l'étendue de ses effets . Combattre pour la réhabilitation des « fusillés pour l'exemple », ce n'est pas un simple devoir de justice pour le passé, c'est un formidable message pour le présent et pour l'avenir.

Je vous invite à regarder ce soir sur France 2 le téléfilm d'Alain Moreau "Blanche Maupas" qui illustre pleinement notre propos, de même que le documentaire du même auteur que vous avons projeté récemment à la Maison des associations.

Je passe maintenant la parole à Monsieur Jean Salaud, qui représente l'Association Républicaine des Anciens Combattants.

 

Partager cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to StumbleuponSubmit to Technorati