Ça baigne pour la vierge de Kerpenhir !

Le Télégramme du 17 novembre dernier titrait : « La vierge de Kerpenhir a dû remettre ses papiers en règle ».

Le 30 juin, le recteur de Locmariaquer a reçu une lettre de l'administration concernant le renouvellement de l'autorisation d'occupation temporaire (AOT). Et en toute candeur, l'élu concerné, Pierre Begkoyian ironise : « On a tous été abasourdis de recevoir cette demande. Cela montre bien la lourdeur de l'administration. » Et il poursuit : « On a renouvelé facilement l'AOT. C'est quelque chose qu'on a l'habitude de faire pour les mouillages. Et dans le cas de la vierge de Kerpenhir, l'opération était gratuite. »

Quant au curé, il a fait rire tout le monde en en parlant à la fin de son sermon.

La statue avait été placée à proximité de l’église Notre-Dame de Kerdro jusqu’en 1962. Elle a été déplacée sur le domaine public maritime à cette date, avec l'accord de la municipalité et de l'administration qui a délivré l'autorisation (temporaire...). Mais la loi de 1905 était bien en vigueur, et son article 28 dispose : « Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions. »

Il semble qu'il n'y ait pas de limites à l'outrecuidance, au mépris affiché et à l'ignorance avouée des élus et des responsables du culte catholique qui se comportent en pays conquis soumis à l'Eglise catholique et à ses demandes.

Une nouvelle autorisation d'occupation temporaire pour une durée de 15 ans a été délivrée par arrêté préfectoral en date du 7 septembre 2021. La Libre Pensée a demandé au préfet du département des explications sur cette décision et sur l'application des textes. Celui-ci a répondu, sous le timbre de la DDTM :  

« Comme vous le savez, la situation de cette statue (…) est ancienne. Elle existe depuis plusieurs décennies. Elle est aussi très largement liée à l'histoire et à la culture locale.

Par ailleurs, elle est reportée sur les cartes marines et constitutive d'un amer utile à la sécurité de la navigation. (…)

Dès lors, le renouvellement de cette autorisation d'occupation a été accordé conformément au code général de la propriété des personnes publiques (…), indépendamment de toute considération religieuse. »

En somme, il suffirait d'ériger une statue de 2,70 m sur son socle en déclarant que c'est un amer pour qu'elle devienne légale ?

Mais il faut s'interroger sur la phrase «  indépendamment de toute considération religieuse ». Elle témoigne  d'une interprétation tout à fait curieuse de la loi de 1905. L'administration n'a pas à se préoccuper de considérations religieuses, mais au contraire devrait les ignorer totalement. Cette confusion montre bien les dérives qui sont celles impulsées par les gouvernements successifs qui ont cherché à faire de la laïcité une « valeur » et une arme de combat.

A notre demande, l'administration a bien voulu nous faire parvenir cet arrêté. Curieusement, malgré l'abondance de visas d'articles de code, d'avis conformes de diverses autorités, il semble qu'il y ait une absence qui devrait poser quelques problèmes de régularité de l'autorisation : les articles du code général de la propriété des personnes publiques de la section 1 : Utilisation du domaine public maritime. (Articles L2124-1 à L2124-5) ne sont pas visés. En particulier, l'article L2124-5 : « Des autorisations d'occupation temporaire du domaine public peuvent être accordées à des personnes publiques ou privées pour l'aménagement, l'organisation et la gestion de zones de mouillages et d'équipement léger lorsque les travaux et équipement réalisés ne sont pas de nature à entraîner l'affectation irréversible du site.

Ces autorisations sont accordées par priorité aux communes ou groupements de communes ou après leur avis si elles renoncent à leur priorité. »

C'est, à tout le moins, un acte manqué... difficile de faire croire que la statue puisse constituer un corps-mort, évidemment !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir