Confusions

Qui peut comprendre ?

  1. M. Castex devait aller au Vatican pour la canonisation d'un certain Charles de Foucauld ; il aurait fait un « miracle » pour un accidenté sur un chantier de la chapelle de l’institution Saint-Louis à Saumur...

Le préfet de l'Isère veut traîner au tribunal administratif la municipalité de Grenoble si elle adopte son nouveau règlement des piscines, autorisant les seins nus et les vêtements couvrant le corps jusqu'aux coudes et aux genoux (dit « burkini »), considérant que cette mesure « dont l’objectif est de céder à des revendications communautaristes à visées religieuses paraît contrevenir au principe de laïcité posé par la loi de 1905 ainsi qu’aux dispositions de la loi du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République ».

À Rennes, en revanche, ce maillot de bain intégral est autorisé dans les piscines depuis 2018 ; sans que cela fasse des remous.

A Vannes, le directeur du cabinet du préfet, Arnaud Guinier, a participé  ès qualité à l'inauguration du nouveau temple protestant.

Et tout cela, ce serait la « laïcité » ? Ne serait-on pas plutôt dans un système qui voudrait renouer avec le concordat qui a été la règle en France jusqu'à la loi de 1905, permettant à l'état et aux préfets un contrôle à géométrie variable sur les cultes.

Mais on peut, à ce sujet, s'interroger sur l'attitude des responsables du culte protestant. Certes, celui-ci relevait en principe du concordat. Mais un partie significative des pasteurs et des temples refusait cette soumission et se disait « indépendant », ne bénéficiant pas par exemple de ce fait du budget des cultes. Cela a été le cas d'un Ferdinand Buisson, président de l'Association nationale des Libres  Penseurs de France, qui a été diacre d'une Eglise évangélique libre séparée de l'état. Il a, avec le groupe parlementaire des députés libres penseurs, permis l'adoption de la loi de 1905, saluée en son temps par les protestants.

Il semble que la mémoire en soit perdue...

D'autant plus nécessaire de revenir aux principes fondamentaux.

C'est à cela que la Libre Pensée du Morbihan veut apporter sa contribution à l'occasion des deux réunions-débat organisées avec Dominique Goussot, vice président de la Fédération nationale de la Libre Pensée

  • à Lorient le jeudi 9 juin, maison des associations – Salvador Allende, 20 h
  • à Vannes, le vendredi 10 juin maison des Associations rue Guillaume Le Bartz, 20 h.

Les réponses seront publiées à réception. Voir en fin d'article

 

Lettre aux candidats

Madame, Monsieur,

Vous êtes candidat(e) aux élections municipales.

Ces élections sont un moment très important de la démocratie, du fait du nombre de communes (plus de 32000) et du maillage important du territoire de la République qu’elles constituent.

  • ·malgré les réformes territoriales successives -dont l'Acte III de la décentralisation et la loi NOTRe- qui ont remis en cause l'organisation même de la République, menacée d'éclatement,
  • · malgré l’accumulation de lois et de mesures remettant en cause tous les principes d’égalité dans l’accès aux services publics, accélérant les privatisations,

la démocratie communale reste vivante.

La Libre Pensée considère que la commune, instaurée par l’Assemblée constituante révolutionnaire du 14 décembre 1789, avec les départements, doit demeurer la cellule administrative de base de l’État républicain et maintenir ses compétences.

Concernant la laïcité, la Libre Pensée défend notamment la loi du 9 décembre 1905 dite Loi de Séparation des Églises et de l’État, avec l'ensemble des conséquences qui en découlent. Nous constatons, que « la tradition », « l'intérêt local » ou le fait « historique » sont aujourd’hui de plus en plus utilisés abusivement pour tenter de légitimer un retour de l'intervention publique des religions et des Églises, et que la confusion est entretenue entre culturel et cultuel.

Les interventions des Églises dans le domaine public s'accompagnent souvent de demandes d'aides matérielles ou financières, dont la légalité est contestable, et des pressions diverses s'exercent au niveau local pour que les élus soient les acteurs directs de la remise en cause de la loi de séparation de 1905. L’école publique, avec la loi Debré, la loi Carle, la loi Blanquer est également en première ligne.

Les citoyens soucieux du respect de la liberté de conscience ne peuvent qu'être inquiets de cette remise en question de la laïcité, facteur de paix et de liberté, issue d'un véritable combat historique et progressiste contre l'obscurantisme, les communautarismes et le pouvoir des dogmes.

élus locaux, vous aurez, à ce titre, une responsabilité accrue.

A la veille de ces élections, importantes pour le devenir de la démocratie communale et du fonctionnement de la République, il nous a semblé nécessaire que vous puissiez apporter aux citoyens vos réponses à quelques questions relevant de la défense de la laïcité (liste non exhaustive !)

Dans le cadre du mandat qui vous sera confié,

quels engagements prendrez-vous ?

Quelle attitude si on vous demande :

Ø Une aide financière ou matérielle de la commune à l'organisation de fêtes patronales, de crèches et de processions sur le domaine public ?

Ø La présence officielle de la municipalité ou d'élus (voire d'élèves de l'école publique) à un culte ou à une manifestation religieuse ? Par exemple à une messe à l’occasion de la Ste Geneviève ou de la Ste Barbe ?

Ø L’organisation de cérémonies religieuses (prières, messe, bénédiction, chapelle ardente …) au cours d'une cérémonie de commémoration officielle (anniversaire d'un évènement, cérémonies militaires ou civiles …) ?

Ø D’inviter les citoyens à des cérémonies religieuses à l'occasion des manifestations officielles de la République (8 mai, 11 novembre, journée des déportés... ?

Ø Une aide matérielle (frais d'entretien, d'électricité, de chauffage …) ou de subventions aux cultes et aux associations cultuelles ?

Ø La mise à disposition d'une salle municipale (gratuite ou avec bail emphytéotique) aux associations cultuelles pour organiser leur culte ou pour héberger leurs représentants ?

Ø La création de carrés confessionnels dans les cimetières ou les crématoriums ?

Ø L’érection ou la rénovation de symboles religieux sur le domaine public (statues, croix, calvaires, crèches de Noël, plaques diverses, etc...)

Ø L’insertion d'annonces paroissiales sur les panneaux officiels ou dans le bulletin municipal ?

Ø Une subvention pour une école privée , en distinguant ce qui est obligatoire du fait de la loi Debré et des suivantes (dont la LP demande l'abrogation; et vous ?) et ce qui va au-delà ?

Ø Enfin, êtes-vous favorable à la mise à disposition d'une salle municipale pour l'organisation d'obsèques civiles dans le cadre du service extérieur des pompes funèbres ?

Pour la municipalité de Vannes :

  • ferez vous un inventaires des fonds municipaux affectés aux écoles privées catholiques ou d'autres religions, Montessori, Diwan, commerciales, dans le cadre de la loi Debré et ses suites, comme des contributions volontaires non obligatoires, ainsi que des fonds municipaux  affectés aux associations confessionnelles
  • êtes vous favorable à la désaffectation de la chapelle Saint-Yves, fermée depuis 1991, rénovée comme monument  historique par 6 millions d'euros de fonds publics, et utilisable par le collège public Jules Simon et des associations hors temps scolaire ?
  • êtes vous favorable à la vente du terrain affecté à la mosquée à Kercado à l'association cultuelle qui la gère, si elle en fait la demande, ce qui permettra d'annuler le bail emphytéotique ?

Mesdames et messieurs les candidats,

Vous comprendrez l'importance que revêtent nos interrogations, et donc vos réponses, pour nous et vos électeurs attachés à la République et à la laïcité.

Nous restons à votre disposition pour poursuivre cette discussion dans les meilleures traditions de la République.

Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, nos salutations laïques et républicaines.

 


 {jd_file file==2}

 À l'initiative de la Fédération morbihannaise de la Libre-pensée (avec les fédérations syndicales de l'enseignement CGT, FO et FSU du Morbihan qui se sont associées à cette conférence).

La laïcité, la loi de 1905, quelles conséquences concrètes aujourd'hui ?

Mardi 19 juin, 18h, maison des associations, 31 rue Guillaume-Le-Bartz, Vannes.

conf 19 juin pour affiche A3