La réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la guerre 14-18

La proposition de loi a été votée à l'Assemblée nationale le 14 janvier. Elle a été transmise au Sénat ; il n'y a à ce jour pas de calendrier défini.

La Libre Pensée du Morbihan avait demandé à rencontrer les députés. Mme Le Peih ne pouvait nous recevoir avant la date du vote. M. Jean-Michel Jacques ne nous a pas proposé de date ; M. Hervé Pelloix a accusé réception ; M. Gwendal Rouillard n'a jamais répondu. Seul, M. Jimmy Pahun nous a reçu et a ensuite rendu compte par courrier du vote en nous communiquant les documents de son groupe. Comme il le souligne dans son courrier, « les votes favorables sont venus de tous les bancs de droite comme de gauche. » Il n'a pu être en séance ; aucun député morbihannais n'était présent.

À la lecture des documents transmis, nous avons réagi et lui avons communiqué nos remarques.

Monsieur le député,

Nous avons bien reçu votre courrier daté du 17 janvier nous transmettant les documents de votre groupe relatifs à la proposition de loi demandant la réhabilitation des fusillés pour l'exemple et nous faisant part du déroulement du vote le 14 janvier. Nous vous en remercions vivement et renouvelons également nos remerciements pour nous avoir accordé un rendez-vous.

Le document soumis à votre groupe s'appuie sur les appréciations d'Antoine Prost datant de 2014. Il conclut : "... si certaines condamnations résultent effectivement d'une justice arbitraire et expéditive, cela n'a pas été le cas de l'ensemble des projets menés. Certains des motifs avancés, tels que l'abandon de poste ou encore l'intelligence avec l'ennemi, étaient légitimes." Et Antoine Prost insistait sur le "devoir militaire" et la nécessité de l'obligation de la défense nationale pour les citoyens.

Ce n'est pas le débat. Il est très regrettable que la représentation nationale puisse rejeter les conclusions d'un historien autorisé, directeur du service historique de l'armée de terre, le général André Bach, au profit d'un porte-parole missionné pour calomnier les victimes et falsifier les faits. Les 2300 condamnations à mort décidées par les conseils de guerre ont été minutieusement analysées, et le chiffre de 639 fusillés pour l'exemple est indiscutable, ne pouvant prêter à aucun amalgame avec des faits dûment vérifiés ou des délits de droit commun. Antoine Prost a eu même le culot de prétendre que réhabiliter collectivement les 639 Fusillés pour l’exemple serait la réhabilitation de Mata–Hari.

Rappelons, même si ce n'est pas le point culminant de la répression entre 1914 et 1918, ce qui s'est passé à Verdun au moment de l'offensive Nivelle en 1917 : durant ces mois de boucherie effroyable, il y eut un grand nombre d’exécutions sommaires pour « forcer » la troupe (Code de Justice militaire). Le 14 mai 1916, le 140e Régiment d’Infanterie alla même jusqu’à se mutiner « les bras croisés » pour refuser de remonter à l’assaut. Il fallait faire des exemples, on fusilla donc « pour l’exemple » 55 soldats durant cette bataille. Des centaines de soldats passent au moulinet des Conseils de guerre, beaucoup sont condamnés et exécutés.
Voici le décompte qu’en a fait le Général Bach dans ses travaux : Février 1916 : 2 ; Mars : 5 ; Avril : 3 ; Mai : 20 ; Juin : 6 ; Juillet : 6 ; Août : 5 ; Septembre : 2 ; Octobre : 0 ; Novembre : 3 ; Décembre 1916 : 3. Soit un total : 55 Fusillés à Verdun sur les 106 de l’année 1916
Voici le commentaire du général Diez, présent à ce moment-là sur le théâtre des opérations : « Si l’on ne doit pas excuser les actes d’indiscipline, le commandement devrait bien réfléchir à quelles causes il convient d’attribuer le refus d’obéissance et s’il n’est pas coupable dans sa façon de commander. »

Rappelons que nous n'avons jamais demandé que les Fusillés pour l’exemple soient déclarés « Morts pour la France  » et que leurs noms soient inscrits sur les Monuments aux Morts. Ce droit, cette revendication, appartiennent aux seules familles des victimes, si elles le souhaitent.

Nous sommes heureux de savoir qu'une majorité de parlementaires, en dépit des obstacles et en pleine conscience, a voté la proposition de loi et nous les remercions.

Rassemblement le jeudi 11 novembre 2021, 11 heures

bas de la rue Jean-Jaurès – rive gauche du Port

 

La Libre Pensée vous invite au rassemblement organisé à Vannes le 11 novembre 2021 à 11 heures. Une proposition de loi pour la réhabilitation des fusillés pour l'exemple de 14-18 doit être déposée à l'Assemblée nationale.

Ce rassemblement veut exprimer notre volonté de voir aboutir la demande de réhabilitation collective des 639 fusillés pour l'exemple de la guerre 1914-1918, dont le décompte est attesté à la suite des travaux du général André Bach, chef du Service historique de l’armée de terre (SHAT) de 1997 à 2002. Quatorze d'entre eux sont originaires du Morbihan.

Ils ont été victimes de l'extrême sévérité du code de justice militaire de 1857, appliquée par une justice militaire de guerre particulièrement expéditive, craignant la révolte contre la guerre et peu soucieuse du respect des droits de la défense : dès le mois de septembre 1914, des conseils de guerre spéciaux ont été institués pour mener des procédures où l'accusé n'avait le droit qu'à un avocat commis d'office, parfois sans aucune connaissance du droit, découvrant tardivement le dossier et incapable de constituer une véritable défense de l'accusé. Au travers de cette sévérité extrême, on a coutume de dire que « ce n'est pas tant le coupable que l'on veut punir, mais c'est sur le moral vacillant de ceux qui l'entourent que l'on veut agir ».

Aujourd'hui, nous voyons surgir des dangers majeurs pour la paix, avec la relance de la course aux armements, préoccupation majeure de nos gouvernants. Le P.I.B. mondial a perdu 4,4% à cause de la pandémie, mais cette baisse n’a eu aucune conséquence pour les dépenses militaires, qui ont continué à croître de 2,6% au niveau mondial en 2020. Avec 778 milliards de dollars, les U.S.A. représentent 39% des dépenses militaires mondiales ; pour faire face, avec 13% des dépenses militaires mondiales, la Chine va devoir augmenter son armement.

Dans la situation actuelle, comment ne pas s’inquiéter de la mise en œuvre du Service National Universel qui ne vise qu’à organiser, une nouvelle fois, la militarisation de la jeunesse  ?  Nous posons la question  : à quoi sert d'embrigader la jeunesse dans de nouvelles croisades, si ce n’est pour, à nouveau, organiser de nouvelles boucheries meurtrières  ?

Nous souhaitons une information large sur cette initiative, pour assurer son succès et appuyer la proposition de loi « visant à réintégrer dans la communauté nationale les militaires « fusillés pour l’exemple » durant la Première Guerre mondiale ».

Le 26 octobre, nous écrivions à différentes organisations et personnes le courrier suivant :

"La Libre Pensée organise régulièrement à l'occasion du 11 novembre des rassemblements dans les départements pour la réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple de la Première Guerre mondiale. L’action pour faire déposer une proposition de loi à l’Assemblée nationale pour leur réhabilitation collective par plusieurs Groupes parlementaires est en bonne voie. Nous souhaitons organiser ce 11 novembre à Vannes un rassemblement, comme cela a déjà été réalisé. Une déclaration a d'ailleurs a été déposée en préfecture à cet effet. Tenir ce rassemblement, en cette période, ne peut que revêtir une importance toute particulière. Tout montre que ce gouvernement s'engage sur une voie qui ne peut que déboucher sur des conflits : extérieurs, tant en ce qui concerne les opérations militaires en cours que pour les risques d'affrontement dans l'espace méditerranéen ; intérieurs, en stigmatisant la population immigrée largement musulmane au nom du combat contre « l'islamisme ». Le projet de loi contre le soi-disant « séparatisme », de plus, menace gravement la liberté de conscience et d’expression, qui est notre bien le plus précieux. Une partie importante des fusillés pour l'exemple ont été assassinés pour avoir, justement, voulu sauvegarder leur liberté de citoyen, nous ne l'oublions pas."

Une déclaration en préfecture avait été envoyée le même jour.

Or, dans une période qui voudrait confiner la population et interdire toute manifestation, la préfecture nous a renvoyé le récépissé de déclaration qui est en pièce jointe à ce message, et nous l'en remercions. D'autres préfets ont interdit les rassemblements de la Libre Pensée le 11 novembre. Comprenne qui pourra.

Nous invitons donc tous ceux qui souhaitent s'associer à cette bataille menée de longue date, qui veulent manifester leur attachement à la démocratie et aux droits qui lui sont attachés, qui refusent l'embrigadement, la militarisation et le matraquage de la jeunesse à venir le 11 novembre à 11 h, rue Jean-Jaurès - Rive gauche du Port ; nous les invitons à s'y exprimer librement, dans le cadre de ce rassemblement et de ses objectifs.

Fraternellement

Le groupe de Vannes de la Libre Pensée

 

 

 

Intervention pour le LP 56 au 11ème rassemblement pour la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de la guerre de 1914-18.
A Vannes, le 11 novembre 2020, à 11h, au bas de la rue Jean Jaurès, dirigeant socialiste et laïque, premier fusillé pour déclencher la boucherie.

Nous ne lâchons pas.

Un nouveau projet de loi va être présenté pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple. Les démarches sont en bonne voie pour que la proposition de loi portant réhabilitation des Fusillés pour l’exemple soit déposée prochainement à l’Assemblée nationale par plusieurs Groupes parlementaires. L’initiative a été ralentie du fait de la pandémie, mais elle reprend force et vigueur.

Vendredi 2 novembre 2018, juste après la célébration du porte-avion Charles-de-Gaulle et ses participations aux interventions militaires gouvernementales, la présentatrice du journal télévisé de la 2, à 13h, célèbre la « victoire » du 11 novembre 1918, de « ceux qui ont combattu pour notre liberté ».

Quelle victoire, quelle liberté, quel combat ? Et quelles interventions militaires aujourd’hui ?