Communiqué de la Libre Pensée du Morbihan

À Ploërmel :

La croix sur la statue de JP II doit disparaître.

Et le lycée public doit ... apparaître.

montage.jpg

Ce 25 octobre 2017, le Conseil d’Etat a confirmé l’arrêt du Tribunal Administratif de Rennes, du 30 avril 2015, sur un point essentiel : l’énorme croix catholique installée au sommet de l’arche et culminant à 7,50 m, est illégale et doit disparaître. Soit elle est démontée, soit le monument dans son ensemble doit être déménagé.

C’est un jugement en dernier ressort.

Notons que le Conseil d’Etat a établi en la circonstance que c’est bien la commune qui porte la responsabilité de cette installation, effectuée sous le municipe de P. Anselin.

Cette décision correspond exactement aux attentes de la Libre Pensée qui a toujours dénoncé une provocation délibérée et permanente à la loi de 1905.

Car la Libre Pensée a toujours agi sur une base claire : ce n’est pas la statue par elle-même[1] qui pose problème, c’est le symbolisme religieux prosélyte ajouté illégalement au « monument » qui doit disparaître.

On ne manquera pas de mettre en parallèle l’activisme aussi aventureux que dispendieux[2] de la municipalité actuelle pour retarder le triomphe de la loi (et du bon sens) concernant le « monument » et son immobilisme concernant la construction - pourtant décidée depuis plusieurs années – du lycée public.

La Libre Pensée du Morbihan organisera dans les prochaines semaines une réunion à Ploërmel. Elle invite très largement tous les laïques à agir de concert pour le respect de la laïcité dans tous les domaines.

Vannes le 26/10/2017

 

[1] Une statue identique du même sculpteur se trouve dans un square public à Paris et ne pose aucun problème car elle ne comporte aucun symbole prosélyte.

[2] Dans ce dernier jugement, la commune est condamnée à verser 3000 € à la Libre Pensée et aux autres requérants.

Partager cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to StumbleuponSubmit to Technorati