Entrevue entre Jean-Yves Le Drian, Président du Conseil Régional de Bretagne, les représentants des DDEN et de la Libre Pensée, au sujet du financement de la Saint-Yves.

Etaient Présents : Jean-Claude Robert, DDEN d’Ille et Vilaine, mandaté par les quatre fédérations de DDEN de Bretagne, Jean-Sébastien Pierre, Michel Le Normand et Nicole Dorey, Libre Pensée d’Ille et Vilaine, également mandatés par les fédérations de la région Bretagne.

 

Vendredi 4 juin à 9 heures, une délégation représentant les fédérations de DDEN et les fédérations de la Libre Pensée des quatre départements bretons était reçue par le Président du Conseil Régional de Bretagne, Monsieur Jean-Yves Le Drian. L’objet de la délégation était de mettre en cause le financement de la Saint-Yves par le Conseil Régional de Bretagne. Cela faisait suite à plusieurs courriers adressés au Conseil Régional par la Libre Pensée (en Octobre), les DDEN (en Novembre), la Ligue de l’Enseignement et l’UNSA, et à de nombreuses demandes d’audiences depuis la fin de 2009. Les quatre associations et organisations précitées s’étaient placées sur le même terrain à savoir l’illégalité – au titre de la loi de 1905 – de financer une fête religieuse. Monsieur Jean-Claude Robert, Président des DDEN d’Ille et Vilaine a d’abord fait remarquer la difficulté à obtenir cette audience. La Libre Pensée a précisé qu’elle était animée par la défense de la loi de séparation des églises et de l’état.

Monsieur Le Drian nous a affirmé avoir tenu le plus grand compte de nos courriers et remarques puisque, comme promoteur de cette fête, il l’avait débaptisée de « Saint-Yves » en « fête de la Bretagne.

Lors de la présentation de la délégation, Jean-Claude Robert indique que ses collègues DDEN du Finistère étaient absents car non disponibles mais qu’ils tenaient à manifester leur vif mécontentement par rapport à l'article paru dans le Télégramme de Brest, particulièrement "peu amène" pour les laïques bretons. On a alors échangé sur le fameux "Et cacher ce saint que je ne saurais voir". JYLD s'est défendu sans vraiment nous convaincre, en précisant qu'en Bretagne la presse n'était pas sous tutelle et qu'elle était seule responsable de ce qu'elle publie. Monsieur Robert a ensuite longuement argumenté, documents à l’appui, sur la coïncidence de date qui donne un caractère particulier à cette fête, caractérisée de culturelle. En effet, la fête de la Bretagne s’étend désormais sur une semaine qui encadre la Saint-Yves, personnage évidemment religieux. Il a donné de nombreux exemples de villes et villages où la Saint Yves est marquée par des manifestations religieuses, notamment, évidemment, le traditionnel pardon de Tréguier. Au nom de la Libre Pensée, J.S. Pierre a insisté sur le caractère historique de la Saint-Yves autour notamment de la ville de Tréguier.

Monsieur Le Drian a défendu la position qu’il avait « laïcisé la Saint-Yves » en enlevant de son organisation toute référence à ce personnage religieux. Il a affirmé n’avoir soutenu financièrement aucune manifestation ni association religieuse. Il a réinsisté sur le fait qu’il avait tenu compte de nos interventions. Il a déclaré que les manifestations religieuses qui ont lieu ce jour là ne sont pas de son fait, et qu’elles sont autorisées comme initiatives privées.

Monsieur Le Drian s’est appuyé sur l’exemple de la fête de Noël, en ajoutant qu’il n’avait jamais considéré Saint-Yves comme le moteur principal de la fête.

Jean-Claude Robert et Michel Le Normand l’ont interpellé sur le choix de cette date pour une fête de la Bretagne, et il a répondu que cela correspondait à une certaine tradition, que cela avait du succès et que cela devenait un événement culturel.

A la fin de l’entrevue, J.S. Pierre a demandé à Jean-Yves Le Drian s’il approuvait les propos attribués par une presse régionaliste (Agence Bretagne Presse) à son premier adjoint à la culture, Monsieur Le Boulanger, qui aurait affirmé (selon le journaliste) « Je n’ai pas peur de parler d’une fête nationale ». Monsieur Le Drian a mis cela sur le compte d’un trait d’humour. Il ne semble pas que les journalistes de cette officine aient pris la chose au second degré !

L’entretien s’est terminé par un constat de désaccord : laïcisation de la Saint-Yves pour Monsieur Le Drian, promotion d’une fête religieuse et régionaliste pour nous, maintien de notre demande de ne pas financer une telle initiative. Il est clair cependant que l’intervention des quatre associations laïques ont eu un poids certain pour rendre le Conseil Régional et son président prudents. Les jurisprudences acquises récemment notamment par la Libre Pensée dans plusieurs affaires d’importance (Les Ostentions de Limoges, Le financement de l’association Saint Egidio à Lyon, etc.) ont montré que le cadre institutionnel laïque de la République conservait toute sa vigueur.

Nous examinerons avec le plus grand soin la liste des associations subventionnées dans le cadre de la prochaine « fête de la Bretagne ».

DDEN d’Ille et Vilaine (représentant Finistère, Côtes d’Armor, Morbihan)

Libre Pensée d’Ille et Vilaine (représentant Finistère, Côtes d’Armor, Morbihan)

Partager cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to StumbleuponSubmit to Technorati