Appel à rassemblement pour la liberté de manifester
samedi 13 avril

Les signataires de l’appel « Pour la liberté de manifester » (publié ci-dessous) ont décidé de poursuivre leur action. À cette fin, ils organisent à Paris et partout en France des manifestations le samedi 13 avril 2019.


Les organisations de Vannes et du Morbihan se joignent à cet appel à se rassembler :

  • · À Vannes, samedi 13 avril, à 14h30 au port de Vannes, Rabine, côté entrée du parking souterrain
  • · À Lorient, samedi 13 avril, à 13h30, place Aristide Briand, devant la FNAC

Premières organisations signataires :

UD CGT 56, UL CGT Vannes, Gilets Jaunes de Vannes, LDH Vannes, UD FO 56, FNEC-FP FO 56, LP 56, Solidaires 56, Stop nucléaire 56 Trawalc’h, UNEF 56

Une proposition de loi contre la liberté de manifester

Communiqué commun signé par plus de 50 organisations

Si la loi est votée par le Parlement au nom du peuple français, elle ne peut et elle ne doit pas porter atteinte à la libre expression du peuple. La proposition de loi adoptée par l’Assemblée nationale qui prétend encadrer le droit de manifester constitue une atteinte grave aux libertés publiques et à l’équilibre des pouvoirs.

Les violences contre les personnes, les biens, les institutions qui ont eu lieu ne peuvent justifier qu’un exécutif s’arroge des pouvoirs exorbitants et décrète qui peut ou ne peut pas manifester. Participer à une manifestation ne saurait pas plus signifier le risque pour tout individu d’être poursuivi, fiché et condamné pénalement comme financièrement.

Soumettre les participants et les participantes à une manifestation à une fouille systématique, confier aux préfets le pouvoir d’interdire à une personne de manifester, y compris sans qu’elle ait connaissance de l’interdiction prononcée et donc sans recours effectif possible, faire d’un visage en partie couvert un délit,  voici l’esprit et la lettre de mesures qui sont autant d’empêchements à l’exercice d’un droit essentiel en démocratie : celui de manifester publiquement, collectivement et pacifiquement son opinion.

Cette loi de circonstance porte un lourd risque d’arbitraire des gouvernements d’aujourd’hui comme de demain. C’est pourquoi nous appelons solennellement le gouvernement et le Parlement à abandonner ces mesures qui violent les principes les plus fondamentaux d’un Etat de droit.

Paris, le 7 mars 2019

Liste des organisations signataires : Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat) ; Action non-violente COP21 (ANV-COP21) ; Alternatiba ; Amnesty international France ; Association européenne pour la défense des droits de l’Homme (AEDH) ; Association France Palestine solidarité (AFPS) ; Attac ; CCFD-Terre solidaire ; Centre de Recherche et d’Information pour le Développement (Crid) ; Collectif d’avocats antirépression ; Comité la Vérité pour Adama ; Confédération générale du travail (CGT) ; Confédération paysanne ; Droit au logement (DAL) ; Droit solidarité ; Emmaüs France ; EuroMed Droits ; Fédération des associations de solidarité avec tou-te-s les immigré-e-s (Fasti) ; Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) ; Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR) ; Fédération française des motards en colère (FFMC) ; Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) ; Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) ; Fédération nationale de la Libre Pensée ; Fédération nationale des Francas ; Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) ; Fédération syndicale unitaire (FSU) ; Féministes contre le cyber harcèlement ; Fondation Copernic ; France Nature Environnement (FNE) ; Gilets jaunes de Commercy ; Greenpeace ; La Cimade ; La Quadrature du Net (LQDN) ; Le Planning familial ; Les Amis de la Terre France ; Les Effronté-e-s ; Ligue de l’enseignement ; Ligue des droits de l’Homme (LDH)  ; Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) ; Osez le féminisme ! ; Oxfam France ; Réseau Sortir du nucléaire ; SOS Racisme ; Syndicat de la magistrature (SM) ; Syndicat des avocats de France (SAF) ; Syndicat national des journalistes (SNJ) ; Syndicat national des personnels de l’éducation et du social (SNPES PJJ/FSU) ; Union nationale des étudiants de France (Unef) ; Union nationale des syndicats autonomes (Unsa) ; Union nationale lycéenne (UNL) ; Union nationale lycéenne syndicale et démocratique (UNL-SD).

Environ 100 manifestants décomptés, avec la participation de AFPS, ATTAC 56, CGT UD 56, FSU 56, Libre pensée 56, Mouvement de la Paix 56, RESF 56 (soutenu par FdG Vannes et 56, PCF Vannes et 56, PG Vannes et 56, POI 56)



État d'urgence. 70 manifestants à Vannes
31 janvier 2016

Les manifestants rassemblés à Vannes hier ont indiqué que de nouvelles actions seront menées.
En échos à la manifestation de milliers de personnes, qui se tenait à Paris pour la levée de l'état d'urgence et contre la réforme constitutionnelle, 70 personnes se sont rassemblées hier à Vannes devant la préfecture. À 18 h, des représentants syndicaux, d'associations et des citoyens ont répondu à l'appel « Nous ne cèderons pas ! » lancé par 138 associations et organisations syndicales regroupées au niveau national. Des militants ont pris la parole pour évoquer des situations « d'intimidation envers des militants qui hébergent des sans-papiers. Des situations liées au contexte de l'état d'urgence ». Une représentante syndicale a indiqué que l'état d'urgence entrainait également « la fermeture des lycées avec l'interdiction d'y tenir des réunions syndicales et même la réunion de parents d'élèves au sein d'un collège ». « Ce sont des menaces importantes pour les libertés publiques », ont souligné les intervenants des différents partis et syndicats. « Dans les jours à venir, nous allons nous retrouver pour décider de nouvelles actions », a indiqué Pierrick Le Guennec, président du groupe de Vannes de la Libre Pensée. D'ores et déjà, une entrevue en préfecture a été accordée à une délégation lundi.

© Le Télégramme

 

Nous manifesterons le 30 janvier 2016

14 janvier 2016

Communiqué du Collectif

Les associations et organisations syndicales regroupées autour de l’appel « Nous ne céderons pas ! » et ayant lancé la pétition « Pour nous, c’est définitivement non ! », contre la réforme constitutionnelle, appellent à manifester le samedi 30 janvier 2016 partout en France et à Paris, à 14h30, place de la République.

Elles expriment leur refus de la réforme constitutionnelle et leur exigence de la levée de l’état d’urgence.

 

36 000 signatures le 20 janvier, signer à : http://www.nousnecederonspas.org/

Des réunions des organisations et citoyens signataires sont à prévoir les prochains jours

 

Rassemblement pour le refus de la réforme constitutionnelle et l'exigence de la levée de l’état d’urgence

samedi 30 janvier à 18h - devant la préfecture de Vannes

 

Les 138 associations et organisations syndicales regroupées autour de l’appel « Nous ne céderons pas ! » et ayant lancé la pétition « Pour nous, c’est définitivement non ! », contre la réforme constitutionnelle (contresignée par 42 000 citoyen et citoyennes), appellent à manifester le samedi 30 janvier 2016 partout en France et à Paris, à 14h30, place de la République.

Elles expriment leur refus de la réforme constitutionnelle et leur exigence de la levée de l’état d’urgence.

Les signataires et les citoyens sont appellés à se rassembler samedi 30 janvier à 18h00, devant la préfecture de Vannes, place Charles de Gaulle.

Pour signer : http://www.nousnecederonspas.org/

Communiqué commun

Paris, le 29 décembre 2015


Pétition « Pour nous, c'est définitivement non ! »

 

Ainsi le président de la République a décidé de modifier la Constitution dans le pire sens qui soit. Nous appelons les citoyens et les citoyennes à manifester d'ores et déjà leur opposition à ces projets en signant la pétition suivante :

 
« Pour nous, c'est définitivement non !


Non au projet de déchéance de la nationalité, non à une démocratie sous état d'urgence, non à une réforme constitutionnelle imposée sans débat, en exploitant l'effroi légitime suscité par les attentats.

Nous n'acceptons pas la gouvernance de la peur, celle qui n'offre aucune sécurité mais qui assurément permet de violer nos principes les plus essentiels.

Notre rejet est absolu. Nous appelons tous ceux et celles qui partagent une autre idée de la France à le manifester. »


 

A l'initiative de :

AFD International, Agir pour le changement démocratique en Algérie (Acda), Altertour, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association démocratique des Tunisiens en France (ADTF), Association femmes solidaires comité Saint-Denis, Association France Palestine solidarité (AFPS), Association des Marocains en France (AMF), Association pour la reconnaissance des droits et libertés aux femmes musulmanes (ARDLFM), Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Association des Tunisiens en France (ATF), Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine (Aurdip), Attac, Cadac, Cedetim, CGT Police Paris,  Centre islamique Philippe Grenier (CIPG), Cercle Condorcet de Paris, Collectif BDS Saint-Etienne, Collectif CGT Insertion-Probation (UGFF-CGT), Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), Collectif féministes pour l'égalité, Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP), Collectif Mémorial 98, Collectif national des Faucheurs volontaires, Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), Collectif Stop le contrôle au faciès, Comité pour le développement et le patrimoine (CDP), Commission islam et laïcité, Conseil national des associations familiales laïques (Cnafal), Confédération générale du travail (CGT), Coordination de l'action non-violente de l'Arche (Canva), Coordination contre le racisme et l'islamophobie (CRI), Droit solidarité, Emmaüs international, Espace franco-algérien, Fédération internationale des Ligues des droits de l'Homme (FIDH), Fédération nationale de la Libre pensée, Fédération des Tunisiens citoyens des deux rives (FTCR), Femmes égalité, Filles et fils de la République (FFR), Fondation Copernic, Halte OPGM07, Ipam, Justice et libertés Strasbourg , La Cimade, Le Gisti, Le Mouvement de la paix, Liberpensula Frakcio de Sat, Ligue des droits de l'Homme, Mamans toutes égales (MTE), Minga-agir ensemble pour une économie équitable, Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), Osez le féminisme !, Planning familial, Powerfoule,  Réseau d'alerte et d'intervention pour les droits de l'Homme (RaidH), Réseaux citoyens Saint-Etienne, Réseau éducation sans frontières (RESF), Revue Inprecor, Revue Regard, Romeurope 94, Syndicat des avocats de France (Saf), Syndicat de la magistrature (SM), Syndicat national des journalistes (SNJ), SNJ-CGT, SNPES-PJJ/FSU, Solidaires étudiant-e-s, Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT (UGFF-CGT), Union juive française pour la paix (UJFP), Unef, Union syndicale de la psychiatrie (USP), Union syndicale solidaires.

Les signatures sont recueillies à l'adresse suivante :

http://www.nousnecederonspas.org/petition/