Vannes le 18 octobre 2012
Objet: Réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la grande guerre

Madame, Monsieur, Le conseiller Général
Rue Saint Tropez - 56 000 VANNES

Madame, Monsieur,

Monsieur JOSPIN alors qu'il était premier Ministre, Monsieur SARKOZY alors qu'il était Président de la République ont fait des déclarations allant dans le sens de la réhabilitation des soldats français de la première guerre mondiale que l'on désigne comme « les fusillés pour l'exemple. »
Si aujourd'hui personne ne conteste ces horreurs de la guerre et des tranchés, sous les obus et la mitraille, dans le sang, la boue et la mort, la réhabilitation de ces soldats n'est toujours pas prononcée.
13 conseils généraux (l’Aisne, l’Allier, l’Ardèche, la Corrèze, le Doubs, la Haute-Garonne, l’Hérault, la Loire, l’Oise, le Rhône, la Haute-Saône, la Somme, l’Essonne) se sont engagés en faveur de cette réhabilitation, ainsi que les conseils régionaux de Champagne–Ardennes et Corse.
Réhabilitation, ce n'est pas un mot qui fait injure à la mémoire de notre peuple. C'est un mot qui l'honorerait s’il était exprimé pour que l'ensemble des morts de la grande guerre réintègrent la mémoire nationale.
Tous ces soldats de la grande guerre sont à ce jour décédé mais ils n'ont pas quitté la mémoire nationale.
9 de nos concitoyens du département sont recensés pour avoir subi ce sort.
L'Association des Républicains Anciens Combattants de Bretagne, la Fédération Morbihannaise de la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l'Homme de Vannes, le Comité du Morbihan du Mouvement de la Paix, le Parti de Gauche du Morbihan, le Parti Ouvrier Indépendant du Morbihan vous ont, en novembre 2010, demandé d'intervenir et de demander cette réhabilitation, appuyés par 50 citoyens du Morbihan.
Nous réitérons cette demande ce jour.
Nous souhaitons aussi que, comme élu au conseil général, vous preniez position pour cette réhabilitation et œuvrez pour que le conseil général du Morbihan rejoigne les 13 conseils généraux cités, et se manifeste pour réhabiliter les fusillés pour l'exemple.
Restant à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.
Recevez, Madame, Monsieur, nos salutations Républicaines.

Association des Républicains Anciens Combattants de Bretagne
Comité du Morbihan du Mouvement de la Paix
Fédération Morbihannaise de la Libre Pensée
Ligue des Droits de l'Homme de Vannes

Conférence le 6 novembre

 

Nous vous invitons à vous informer, et à assister aux initiatives autour du 11 novembre 2012, pour la réhabilitation collective des 600 fusillés pour l'exemple de la guerre 14-18:

  • conférence du mardi 6 novembre au Palais des Arts de Vannes à 20h, avec Gilles Manceron, historien et responsable national de la LDH
    conférence organisée par la Section de Vannes de la Ligue des Droits de l’Homme, La Libre Pensée du Morbihan, le Comité 56 du Mouvement de la Paix, l’Association Républicaine des Anciens Combattants de Bretagne
  • 4ème rassemblement du 11 novembre à Vannes pour la réhabilitation, dimanche 11/11, 11h30, en bas de la rue Jean Jaurès, face capitainerie
(un état des recherches sur les 9 fusillés pour l'exemple connus dans le Morbihan sera fait dans ces initiatives)

Renseignements : ldh.gwened@gmail.com (LDH Vannes) / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (LP 56)

fusilles_2012.jpg

 

vannes_11-11-2010.jpgPour la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple - Novembre 2010 - Intervention de la LP 56

Amis, Citoyens, Compagnons, Camarades,

Depuis de nombreuses années, la Libre Pensée combat et agit pour la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple de la Première Guerre mondiale. Il y a eu 2 500 condamnations de soldats pris au hasard et 650 d’entre eux furent fusillés et on ne compte pas les exécutions sommaires qui n’ont jamais été recensées.

Nous exigeons, avec l’Association républicaine des Anciens Combattants, la Ligue des Droits de l’Homme, l’Union Pacifiste de France et le Mouvement de la Paix : la réhabilitation collective pleine et entière des Fusillés pour l’exemple.

C’est une œuvre de justice pour les victimes, leurs familles et leurs descendants.

Ce que nous voulons honorer, établir et faire reconnaître, c’est que ces hommes avaient le droit d’avoir peur, voire de se révolter contre la barbarie de la guerre et refuser de se faire massacrer pour des intérêts qui n’étaient pas les leurs.

Notre combat vise à faire reconnaître le droit à la désobéissance quand sa vie, ou celle des autres en dépend. C’est aussi cela le respect absolu de la liberté de conscience.

Dans ce combat, nous avons contraint, par notre action, le Président de la République à reconnaître, à plusieurs reprises, la justesse de notre cause : les Fusillés pour l’exemple n’étaient pas coupables dit-il. Mais il se refuse toujours à prononcer leur réhabilitation.

Au Sénat, le Groupe parlementaire Communiste Républicain Citoyen et  Sénateurs du Parti de Gauche a déposé le 19 décembre 2008, une proposition de réhabilitation  générale et collective des fusillés pour l'exemple qui n'est toujours pas passée en Commission spéciale comme le prévoit le règlement du Sénat.

C’est pourquoi, nous vous appelons à contresigner massivement l'adresse aux élus du Morbihan qui réclame l'adoption par le Parlement d'une loi de réhabilitation collective des fusillés pour l'exemple de la guerre de 1914-1918. 

Cette campagne rencontre un écho grandissant. D’ores et déjà, six Conseils généraux ont réclamé publiquement la réhabilitation collective.

Pacifistes internationalistes, les libres penseurs mèneront cette action de justice jusqu’au bout.

Alors, oui maudite soit la guerre, toutes les guerres ! Et maudits soient ceux qui les provoquent, voire les organisent !

Parce que le monde que nous voulons, c'est l'Homme libre dans la société libre :

A bas la guerre !


Je vous remercie.

{mospagebreak title=Pour l'ARAC de Bretagne}
arac_11-2009.jpgVannes, le 11 novembre 2010 devant la plaque de Jean JAURES - Intervention de Jean SALAUD :

Ils ont tué JAURES !

« Pourquoi ont-ils tué JAURES ? » s'interrogeait Jacques Brel dans une de ses belles chansons.

Parce qu'il n'incitait pas à la guerre et appelait à tout faire pour l'éviter. En cette période de 1914 où tout se mettait en place pour l'affrontement, une telle position était considérée comme une trahison par les « va-t-en-guerre ».

Ils ont tué JAURES, MAUPAS et plus de 600 de ses camarades pour l'exemple !
Ils ont massacré des milliers d'autres soldats hors des combats !
Ils ont assassiné des dizaines de milliers d'autres par leur propre artillerie selon le général PERCIN qui commandait cette artillerie.

Ces horreurs, ces atrocités étaient, en grande partie, dues à l'abandon des politiques. L'Etat Major avait carte blanche, il fallait du résultat.
Depuis, à chaque fois, que cela est le cas, le résultat est quasiment le même, l'horreur est au rendez-vous : Sétif, Guelma, Madagascar, Guerre d'Algérie etc..... Jamais, au cours du siècle écoulé, notre pays n'a eu ni le courage, ni la volonté de poser un regard serein sur ce sujet.

Oui, Anatole France avait raison : "On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels". On le vérifie, encore aujourd'hui, dans les conflits où notre pays est engagé.

Alors, commémorer ce jour l'armistice de 1918, ce n'est pas seulement se souvenir des millions de victimes militaires et civiles, c'est surtout témoigner de la nécessité de construire un monde de Paix, ce monde qu'espéraient tant connaître les Combattants de la « guerre 14-18 ».

Si vous le voulez, je vais vous lire la lettre, du Combattant Martin VAILLAGOU, écrite du Front, à ses deux fils, le 26 septembre 1914 :

« Mes chers petits,
Du champ de dévastation où nous sommes je vous envoie ce bout de papier avec quelques lignes que vous ne pouvez encore comprendre. Lorsque je serai revenu je vous expliquerai la signification. Mais si le hasard voulait que nous ne puissions les voir ensemble vous conserverez ce bout de papier comme une précieuse relique ; vous obéirez et soulagerez de tous vos efforts votre maman pour qu'elle puisse vous élever et vous instruire jusqu'à ce que vous puissiez vous instruire vous-mêmes pour comprendre ce que j'écris sur ce bout de papier. Vous travaillerez toujours à maintenir la paix et éviter à tout prix cette terrible chose qu'est la guerre. Ah ! La guerre quelle horreur !... Villages incendiés, animaux périssant dans les flammes. Etres humains déchiquetés par la mitraille : tout cela est horrible. Jusqu'à présent les hommes n'ont appris qu'à détruire ce qu'ils avaient créé et à se déchirer mutuellement. Travaillez, vous mes enfants, avec acharnement à créer la prospérité et la fraternité de l'univers. Je compte sur vous et vous dis au revoir probablement sans tarder.
Votre père qui du front de bataille vous embrasse avec effusion » Fin de citation.

Martin VAILLAGOU exprime toute l'espérance, partagée par l'ensemble des combattants, de la « guerre 14-18 » qui voulait que cette guerre soit la « der des ders ». On peut le constater, 96 ans après, cette lettre éclaire le présent. Martin VAILLAGOU nous interpelle en quelque sorte.

Je m'arrête ici pour que vous gardiez toute la pureté du message de ce soldat.

En oeuvrant à la réhabilitation de tous les fusillés pour l'exemple, en dénonçant les horreurs des guerres nous sommes respectueux du testament qui caractérise cette lettre.

{mospagebreak title=Adresse aux élus du Morbihan}

plaqueADRESSE AUX ÉLUS DU MORBIHAN

L'Association des Républicains Anciens Combattants de Bretagne, la Fédération Morbihannaise de la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l'Homme de Vannes, le Comité du Morbihan du Mouvement de la Paix,
le Parti de Gauche du Morbihan, le Parti Ouvrier Indépendant du Morbihan
ne peuvent qu'enregistrer le fait suivant : ce que l'on pouvait interpréter comme une ouverture de l'actuel président de la République vers la réhabilitation des fusillés pour l'exemple dans son discours du 11 novembre 2008 à la Nécropole Nationale de Douaumont, n'a pas été suivi d'effet.

Le dossier est resté en l'état : une juste cause abandonnée en chemin par celui qui avait tenu des propos donnant à penser qu'une justice réparatrice allait enfin triompher. Il suffisait d'un mot de Nicolas Sarkozy pour que soit redonnée aux descendants des fusillés, poilus victime de balles françaises, une mémoire fidèle à la vérité, libérant le souvenir de l'ancêtre exécuté de son statut post mortem de réprouvé.

Le mot réhabilitation n'a pas été prononcé malgré les démarches et actions multiples que la Libre Pensée, l'ARAC, l'Union Pacifiste, la Ligue des Droits de l'Homme, le Mouvement de la Paix, ont entreprises.

De toutes parts cette exigence s'est exprimée. Des historiens aux parcours variés se sont prononcés en ce sens. Il y a entre les cinq organisations et ces historiens une convergence complète de vues sur le fait que ce dossier douloureux doit être enfin traité.

Nous réclamons la réhabilitation de tous les fusillés pour l'exemple. Il est à noter que notre revendication se situe dans le droit fil des associations d'anciens combattants qui dès le lendemain de la guerre demandaient l'amnistie et constataient que la puissance publique "ne distribue la clémence qu'au compte-gouttes tandis que les profiteurs de la guerre et de l'après-guerre vivent dans la tranquillité parfaite".

A ce jour six conseils généraux (Aisne, Allier, Corrèze, Haute-Saône, Oise, Somme) ont pris position dans ce sens. Ces prises de position sont précieuses et significatives mais n'appartient-il pas avant tout au Parlement de reprendre ce dossier et de déposer une proposition de loi décidant de réhabiliter les fusillés pour l'exemple ?

Il serait impensable qu'un siècle après, des élus du peuple ne fassent pas cet acte de justice. Nous osons le croire. Nous considérons donc qu'une telle loi de réparation morale doit enfin s'imposer et qu'en conséquence elle doit être proposée et soumise à l'approbation du Parlement. Son contenu s'énonce de façon simple et claire :
"Réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la guerre de 14-18".


Le 11 novembre 2010

{mospagebreak title=Envoi aux élus}

Envoi aux élus

 

Mesdames et Messieurs
les Maires, Conseillers Généraux,
Sénateurs et Députés,
Vannes, le 1er février 2011

Mesdames, Messieurs

A l'initiative de l'Association des Républicains Anciens Combattants de Bretagne, la Fédération Morbihannaise de la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l'Homme de Vannes, le Comité du Morbihan du Mouvement de la Paix, le parti de Gauche du Morbihan, le Parti Ouvrier Indépendant du Morbihan, un rassemblement de plusieurs dizaines de personne a eu lieu en bas de la Rue Jean Jaurès à Vannes le 11 novembre 2010, après celui du 11 novembre 2009.

En parallèle, 50 premières signatures ont été recueillies sur l'adresse aux élus du Morbihan que nous joignons à ce courrier, qui demande aux parlementaires de déposer une loi pour la "Réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la guerre de 14-18".

Les Conseils Généraux des départements suivant : Aisne, Allier, Ardèche, Corrèze, Doubs, Haute-Saône, Meuse, Nord, Oise, Somme, ont pris position pour la réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la guerre 14/18.

Une telle décision est un acte de justice et la République Française doit reconnaitre ces soldats condamnés pour l'exemple comme des soldats de la grande guerre à part entière.

Les crimes envers ces soldats représentent une des plus grandes injustices de notre histoire.

Nous vous appelons, élus du peuple, à faire cet acte de justice en utilisant tous les moyens en votre possession afin d'obtenir la réhabilitation collective pleine et entière des fusillés pour l'exemple.

Vous remerciant de l'attention que vous apporterez à cette demande.

Nous restons à votre disposition et vous présentons nos sincères salutations Républicaines.

 

fusilles_11_novembre_2011_vannes.jpg
Un rassemblement pour la réhabilitation collective des 600 fusillés pour l'exemple de la guerre 14-18 a été organisé à Vannes le 11 novembre 2011 à 11h30 en bas de la rue Jean Jaurès.
Liste des premiers soutiens à cette action :   Section Bretagne de l'Association Républicaine des Anciens Combattants, Fédération Morbihannaise de La Libre Pensée, Section Vannes de la Ligue des Droits de l'Homme, Comité 56 du Mouvement de la Paix, Fédération du Morbihan des Alternatifs, Comité 56 du Parti de Gauche, Parti Ouvrier Indépendant Morbihan, Section de Vannes du Parti Communiste, Odette Herviaux sénatrice du Morbihan, Eric Viot historien engagé pour la réhabilitation des fusillés pour l'exemple.

Des interventions à ce rassemblement sont publiées dans la suite de cet article.

Plusieurs organisations se sont mobilisées le 11 novembre 2009 à Vannes, afin de défendre la réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la première guerre mondiale :

 

40 personnes étaient présentes
 

rassemblement_vannes_fusilles_11_nov_2009.jpg

Ont été associées à ce rassemblement : l'Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC), la Fédération du Morbihan de la Libre Pensée (LP 56), la Ligue des Droits de l'Homme (LDH – section de Vannes), le Mouvement de la Paix, ainsi que  les Alternatifs 56, Citoyenneté, Action, Participation pour le XXIe siècle (CAP 21 Bretagne), le groupe libertaire Lochu (FA Vannes), le Parti Ouvrier Indépendant (POI 56), le Parti Communiste Français (section de Vannes) et le Parti de Gauche (PG), avec le soutien de madame Odette Herviaux, sénatrice du Parti socialiste dans le Morbihan et Vice-Présidente de la Région Bretagne.